|
Filtres de recherche

Chevêchette d'Europe

Chouette chevêchette

Glaucidium passerinum (Linnaeus, 1758)

  • Chordata
  • Aves
  • Strigiformes
  • Strigidae
4.0 | Armandas Naudzius

Espèce protégée

Espèce réglementée

Répartition

Présence occasionnelle
Légende complète et détaillée

    Statuts nationaux (TAXREF v16.0)

  • Continental (terrestre et/ou eau douce)
  • Indigène ou indéterminé

    Statuts régionaux

  • Indigène
  • Présence occasionnelle

Période d'observation

Janv.
Févr.
Mars
Avril
Mai
Juin
Juil.
Août
Sept.
Oct.
Nov.
Dec.

Répartition

Carte présence
Présence occasionnelle
Légende complète et détaillée

Description (Source : INPN)

Longueur : mâle 16 à 17 cm et femelle 18 à 19 cm, envergure : 35 cm environ pour le mâle et 38 cm environ pour la femelle, poids : 59 g en moyenne pour les mâles et entre 63 et 103 g pour les femelles selon la saison.

La Chevêchette d’Europe ressemble à un gros moineau avec une tête ronde à quasi carrée selon l’humeur et de petits yeux jaunes orangés surmontés de sourcils blancs. Le dessus est brun foncé parsemé de petites tâches blanches et le dessous est blanc strié de brun. Sa queue brune dépasse nettement de la pointe des ailes et présente 5 minces barres blanches et peut être relevée à la verticale, ce qui est caractéristique de l’espèce. En vol sa silhouette est marquée par des ailes courtes et obtuses et une queue arrondie.

La population française est sédentaire mais une partie des femelles manifeste un certain erratisme. Certains individus peuvent transhumer à la mauvaise saison jusqu’à la limite inférieure des forêts voire jusqu’à la plaine. Les populations du nord de la Scandinavie et de la Russie ont tendance à effectuer de vraies migrations se traduisant par des « invasions » dans les populations méridionales.

La Chevêchette d’Europe, dite « rapace nocturne », est pourtant surtout diurne. Ses deux pics d’activités s’observent essentiellement le soir et le matin avec une activité qui se prolonge le jour et elle dort la nuit.

La Chevêchette d’Europe effectue des mouvements vifs, parfois saccadés et pressés. Son vol est rapide et en dents de scie sur les longs trajets. Elle chasse à l’affût et peut aussi capturer des oiseaux en vol ou dans leur gîte nocturne. Elle se nourrit surtout de micromammifères et aussi de passereaux en hiver. Ses pelotes de réjection mesurent en moyenne 28 mm de long et 12 mm de diamètre. Les nombreuses morsures sur les os de ses proies permettent de les reconnaître.

La Chevêchette d’Europe est relativement agressive et associable. Les adultes appariés s’évitent et utilisent des reposoirs séparés. Les parades et accouplements se déroulent à partir de fin février à début avril. C’est ensuite la femelle qui couve 5 à 7 œufs et le mâle apporte les proies.

La taille du domaine vital dépend de la qualité du milieu (notamment la quantité de cavités) et varie aussi au cours de l’année. Dans le Vercors, la surface pour un mâle a été estimée à 0,93 km² en moyenne avec une augmentation significative entre la période pré-reproduction (0,2 km²) et post-reproduction avant l’envol (0,83 km²) ; la femelle utilise un territoire de 3 ha autour de la cavité de reproduction.

Les poussins quittent la cavité à l’âge de 28 à 32 jours en étant capables de voler et de parcourir déjà une assez grande distance. La famille reste unie pendant 4 semaines, nourrie par les parents. Les jeunes dispersent à l’automne : les femelles à 17 km environ et les mâles à 12 km environ mais les mâles se cantonnent ensuite alors que les femelles restent vagabondent.

La Chevêchette d’Europe fréquente les forêts peuplées de vieux arbres, principalement de conifères et parfois les Hêtraies-Sapinières. Elle évite les forêts trop denses et uniformes car elle nécessite des terrains de chasse de type clairières, sous-bois, bordures de tourbières hautes. Elle utilise des trous de pics pour se reproduire, s’alimenter et stocker ses proies ; surtout de Pic épeiche, Pic épeichette, Pic tridactyle ou Pic cendré.

Manifestation vocale : Voix mélodieuse avec des notes sifflantes et grinçantes, en même temps monotone en raison d’un répertoire assez limité. Chant territorial du mâle composé d’une série uniforme de sons sifflants, diu, d’une fréquence quasi constante et le plus souvent sans harmonique.

Romain Sordello - UMS 2006 Patrimoine Naturel (AFB / CNRS / MNHN) - 2012

Liens externes

Fiche nationale

Statuts réglementaires

Protections

  • Protection Oiseaux France - Art. 3

Réglementations

  • Convention de Berne : Conservation vie sauvage et milieu naturel en Europe - Ann. II
  • Directive Oiseaux - Ann. I
  • Règlementation Commerce Faune-Flore - Ann. A

Autres statuts

Aucun statut de reconnaissance n'est disponible pour cette espèce.

Statuts de menace

France

  • NT
    Quasi menacée (Nicheur)

    Liste rouge des Oiseaux de France métropolitaine - 2016

Europe

  • LC
    Préoccupation mineure

    Liste rouge européenne des espèces menacées - 2022

Monde

  • LC
    Préoccupation mineure

    Liste rouge mondiale des espèces menacées - 2022

Les données diffusées reflètent l’état d’avancement des connaissances partagées et disponibles dans le cadre de la mise en œuvre du SINP. Elles ne sauraient être considérées comme exhaustives. Ces données font l'objet d'un processus de validation. Les données considérées certaines ou probables sont diffusées, ainsi que celles pour lesquelles la méthode n'est pas applicable.

21

données

9

mailles 10x10km

4

communes

4

jeux de données

Cartes disponibles

Année d'observation

Gérer la transparence

Nombre de données par mois

Nombre de données par an

Couverture communale

Pourcentage de communes où l'espèce a été observée, par département

Correze

(19)

0.4%

Creuse

(23)

1.2%

Ce site utilise Google Analytics. En continuant à naviguer, vous nous autorisez à déposer un cookie à des fins de mesure d'audience. En savoir plus.