|
INDICATEURS
Ce portail donne accès à des indicateurs développés par l’observatoire dans le cadre de ses missions d’appui aux politiques publiques, d’évaluation de l’avancement des connaissances sur la faune sauvage de Nouvelle-Aquitaine et de valorisation des données bancarisées en les diffusant au plus grand nombre.
Années disponibles :

Nombre d'espèces introduites en région

Quelle est la répartition taxonomique des espèces introduites en région ? 348 espèces introduites

Une espèce introduite est une espèce dont des individus ont été déplacés par l'Homme (de manière volontaire ou non) en dehors de son aire de distribution naturelle.

Les espèces introduites peuvent être présentes de manière ponctuelle, c'est-à-dire qu'elles ne peuvent survivre ou se reproduire seules en milieu naturel : ce sont des espèces introduites non établies. Si elles s'adaptent aux milieux colonisés et forment une population viable et durable en milieu naturel, elles sont alors considérées comme des espèces introduites établies.

Les espèces introduites peuvent devenir une menace pour la biodiversité locale :

  • Elles peuvent être à l'origine de l’introduction et de la transmission de pathogènes contre lesquels elles sont immunisées mais qui peuvent lourdement impacter les populations d’espèces indigènes. C’est le cas des écrevisses nord-américaines qui sont porteuses saines de la peste des écrevisses, maladie mortelle pour les espèces d’écrevisses indigènes en France dont l’écrevisse à pattes blanches ;
  • Elles peuvent entrer en compétition avec des espèces locales pour les ressources alimentaires ou les habitats ;
  • Elles peuvent prédater des individus d’espèces indigènes, comme c’est le cas du frelon asiatique s’attaquant aux abeilles ;
  • Elles sont susceptibles de modifier l'écosystème qu’elles colonisent, ce qui peut impacter des espèces très sensibles à la qualité de leur habitat (acidification ou eutrophisation de milieux aquatiques par exemple) ;
  • Lorsqu’il y a une possibilité d’hybridation avec une espèce locale, cela peut polluer le patrimoine génétique des espèces autochtones (perte de la diversité génétique et du potentiel d’adaptation aux contraintes locales par exemple).

Les espèces introduites peuvent devenir envahissantes (se reproduisant en grand nombre avec un potentiel de colonisation  important) : elles représentent l'une des causes majeures d'érosion de la biodiversité. Celles-ci peuvent avoir des impacts sociaux, économiques et/ou sanitaires sur les sociétés humaines. Il est donc important de suivre l'évolution du nombre d'espèces introduites en région car leur expansion est susceptible de bouleverser les socio-écosystèmes.

Cet indicateur présente le nombre d’espèces introduites en région par groupe taxonomique.

Production de l'indicateur

Cet indicateur somme l'ensemble des espèces non disparues identifiées comme introduites à l'échelle régionale (établies et non établies) par groupe taxonomique. 

L'évaluation de l'indigénat est basée sur la méthodologie pour l’élaboration et la diffusion du référentiel-espèces sur la faune sauvage de Nouvelle-Aquitaine : version 2 (BARNEIX & PERRODIN, 2021).

Résultats et analyse

On dénombre au moins 348 espèces introduites en Nouvelle-Aquitaine.

Points de vigilance / marge d'amélioration

Dans cet indicateur, il n'y a pas de distinction entre les espèces introduites établies et les espèces introduites non établies. Il ne s'agit pas d'une évaluation exhaustive mais d'un nombre minimum d'espèces introduites. Il dépend de l'état d'avancement des connaissances en région.

Cet indicateur ne différencie pas les espèces exotiques envahissantes (EEE). Des travaux régionaux sont en cours pour établir la liste des EEE en Nouvelle-Aquitaine. 

Ce site utilise Google Analytics. En continuant à naviguer, vous nous autorisez à déposer un cookie à des fins de mesure d'audience. En savoir plus.